Le âtre… (3)…

Le théâtre,
celui qui me réchauffe
des pieds à l’âme
le âtre
qu’est mon théâtre à moi

Il s’agit ici de prises de parole de différents personnages fictifs ou de personnes réelles


Malgré ma barbe de cinq jours, mes cheveux hirsutes, on ne peut pas dire, personne en ce bas-monde ne peut dire ni même murmurer ou susurrer en catimini que j’ai un poil dans la main, pas même le début d’un poil dans la main, toujours par monts et par vaux, toujours un petit don, un petit mot, toujours quelques petits ronds, quelques petits oiseaux pour mon prochain, sans cesse un quelque chose, un petit coup de main ou de pioche, toujours du matin au soir et même la nuit en pleine nuit, d’ailleurs voilà que ce soir trois coups retentissent et…


Et nous les océans des milieux des océans,
nous les sans terres aucunes, nous les sans débuts, les sans fins,
nous les fonds sans fond jamais, nous les abîmes des abîmes,
nous les redoutés, les déboussoleurs,
les triangles des Bermudes, les carrés des ponants,
les ronds des simouns,
nous les fossoyeurs sans fleurs ni couronnes,
nous que voici et qui soudain voyons le rideau se lever et…


Tandis que sur le banc j’étire ma fatigue, sur le banc du parc ou sur une chaise du café du coin, tandis que les idées vont dans le flou et les pensées dans le mou, voilà que du fin fond de mon crâne quasi vide arrive piano et sano un rideau rouge qui s’ouvre doucettement, s’ouvre sano et piano et…


Tels étaient nos enfants
tandis qu’ils grimpaient aux arbres, faisaient cabanes,
coupaient en quatre les cheveux des Barbie,
revenaient de leurs aventures dépenaillés et écorchés
et crasseux souvent, tels ils étaient magnifiques
de gloires conquises à coups d’épées de peuplier,
splendides de félicitations merci ma chère amie
pour brushing de haut et grand standing,
puis ils grandirent, vacherie de temps qui passe,
cochonnerie de temps qui met des tailles supplémentaires,
et des kilos en plus et des raisons à la con à nos enfants
qui du coup…
mais voici que trois coups retentissent et que…


Et ce qu’ai à dire, c’est que, ce que, c’est que, ce qu’il, c’est que, ce pour quoi, c’est que, ce pourquoi là je suis là ici, c’est que, ce que quoi que j’ai ou pas que j’ai, c’est que, ce que quoi que j’ai pas et que, c’est que, ce que quoi que j’ai pas et qui me, c’est que, ce que quoi que j’ai pas et qui ne me alors que et tandis que oui et non, c’est que, ce que quoi j’ai pas et qui m’empêche, c’est que, ce que quoi que j’ai pas et qui m’obstrue, me bouche, me condamne, me tue c’est que
(on entend trois coups de théâtre et…)


Après une semaine d’abstinence d’alcool,
de sexe et de radiateur, le monde s’est mis à moins tanguer,
valdinguer, mon membre est redevenu tendre,
mon désir de sortir et d’aller parcourir le monde au galop
m’est revenu et le rideau rouge s’ouvre et…


On nous sert à manger dans des écuelles en fer, du pas bon à manger, alors que paradoxalement on nous masse le visage, les mains, les bras et les épaules, mais voici que les trois coup retentissent et…


lire le âtreprécédent
Cette entrée a été publiée dans Rémi. Bookmarquez ce permalien.

Une réflexion sur “Le âtre… (3)…

  1. Pingback: Le âtre… (4)… | les arts mitoyens

C'est à vous !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s