Le mot de la fin

Discussion philosophique

Publicités

Chez Michel

Les courtes du mercredi 26 novembre

83 –

Ici aussi on se demande qui de l’œuf et qui de la poule, sauf qu’ici on fait des réunions publiques tous les premiers mercredis de chaque mois.


84 –

Ici on a un voisin qui est aveugle des deux yeux sauf qu’il a besoin que d’une seule canne blanche pour se diriger.


85 –

on a un voisin tout fragile, tout pâle, tout fissuré, tout s’effritant, tout tombant en morceau, va falloir qu’on le ravale, va même falloir qu’on perde pas trop de temps avant de le faire.


86 –

On n’a jamais jamais jamais eu d’accordéoniste dans la rue, on en a eu juste un mais il jouait de la clarinette, sauf que c’est mois gai pour la musette.


87 –

Le gars du théâtre c’est Joël Brouch qu’il s’appelle même qu’en catalan ça veut dire sorcier, pas étonnant avec tous ses trucs et machins qui se passent dans son théâtre, la preuve ; il paraît que si on y va on est transformé à vie, oui, oui, à vie.


88 –

C’est pas parce qu’on s’appelle rue du temple qu’on n’a pas la mort du nourrisson, moi qui en suis un je peux en témoigner.


89 –

Rue du Temple y’a un gars qui en sort jamais parce qu’il dit qu’il y a juste dans cette rue que son ombre le suit, reste fidèlement avec lui, ne le quitte pas, quoi.


90 –

Voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, voisin, comme ça 317 fois rue du Temple.


91 –

D’accord, d’accord, on est tous d’accord, la rue elle penche, mais bon, que d’un seul côté.


92 –

On a fait une réunion des voisins. On est tous tombé d’accord à l’unanimité de supprimer le lundi dans la rue, parce que vraiment le lundi c’est trop dur.


93 –

C’est bien la vidéo surveillance quand on peut y voir des scènes de X.


94 –

Le patron du bar restaurant Le molière c’est pas un patron, il est bien trop sympa pour ça.


95 –

On a un voisin il est écrivain. On le sait parce que il le dit à tout le monde tout le temps. Autrement on ne le saurait pas. Parce que franchement il est pas vieux avec une grande barbe blanche.


96 –

On a un voisin il fait la collection de verres de moutarde et franchement elle commence à nous monter sérieusement au nez parce que ça déborde largement de chez lui, il a mis des pots déjà un peu partout où c’est possible.


97 –

On a un voisin il fait des dessins en noir et blanc. C’est beau. C’est beau parce que bien que ce soit du contemporain on sait dans quel sens regarder.


98 –

Moi je comprends pas pourquoi on dit dos-d’âne et nid-de-poule et pas le contraire. Y’a quelqu’un qui pourrait m’expliquer ?


99 –

On a un voisin qui parle tout de travers, ses mots dérapent, vont dans le décors et par exemple il dit rue du plante.


100 –

Ce qui serait franchement bien c’est qu’on collectivise les outils dans la rue. Par exemple moi je me propose pour le taille-crayon.


101 –

Moi ce que je préfère dans le voisinage c’est moi.